Références

Page en cours de construction  

Manifeste 2013 pour les arts de la marionnette

 

Initié par les associations THEMAA (Association Nationale des Théâtres de Marionnette et des Arts Associés) et Latitude Marionnette (Association professionnelle pour la reconnaissance et le développement des arts de la marionnette), ce manifeste, en faveur des politiques publiques en direction de ce champ disciplinaire, relance et accentue les engagements dans le développement de la marionnette contemporaine.

Les arts de la marionnette, au croisement des arts plastiques et des arts de la scène, représentent un champ contemporain de création et un exceptionnel vecteur pédagogique aux applications multiples et variées.

Les nouvelles dramaturgies associées à tous types de marionnettes, mais aussi aux manipulations de la matière et des matériaux, des objets et des images ont bouleversé les préjugés qui caractérisaient parfois cet art.

Les ruptures esthétiques radicales d’avec le théâtre traditionnel qu’ont été, entre autres, la manipulation à vue, le théâtre d’objet, ou encore les arts numériques ont favorisé l’émergence d’un nouveau public et d’un champ artistique renouvelé : le théâtre de marionnettes contemporain.

Le marionnettiste est un acteur-interprète, souvent metteur en scène, parfois facteur de marionnettes. Cette caractéristique étend le geste du marionnettiste à toutes les formes du spectacle vivant pour le transposer en un art singulier :

Le théâtre de marionnettes contemporain.

 

En 2007, à l’initiative de THEMAA, du Théâtre de la Marionnette à Paris et de l’Institut International de la Marionnette, un premier manifeste « pour une reconnaissance pérenne des arts de la marionnette » est très largement approuvé par la profession, permettant ainsi la mise en oeuvre des Saisons de la Marionnette 2007-2010. Ces années de travail collectif ont révélé un formidable bond en avant permettant l’élargissement de la profession. Parallèlement survenaient des mutations, à la fois artistiques avec un art de plus en plus protéiforme, économiques autour du triptyque «création, production, diffusion », et sociologiques par un public en constante évolution.

Comme l’ensemble des autres disciplines, le secteur de la marionnette est capable de mobiliser la diversité et la complémentarité des acteurs favorisant des partenariats innovants et producteurs de richesses sur les territoires. Il met souvent en oeuvre les principes de l'économie sociale et solidaire à travers la multitude des champs qu'il croise (insertion, territoire, accueil, compagnonnage...).

Cette structuration fut accompagnée par un réel travail de développement de ce champ disciplinaire par les services de la Direction Générale de la Création Artistique affirmant ainsi l’engagement du Ministère et sa volonté de structurer et d’ancrer solidement ce champ artistique dans le paysage culturel national.

Toutefois, faute d’un accompagnement durable des pouvoirs publics pour une structuration véritable, la profession reste encore trop fragile tant sur le plan institutionnel, que sur le plan économique et financier. Le rapport particulier de ce champ artistique à l’écriture, à la dramaturgie, à la scénographie ; sa temporalité propre; ses modes de production différents dus à un passage constant entre l’atelier pour la fabrication et le plateau pour le jeu impliquent des moyens de production adaptés. Nous affirmons l’existence d’un champ artistique particulier et revendiquons une véritable politique en faveur des arts de la marionnette tant au niveau national qu’au niveau décentralisé et déconcentré qui doit passer par :

Pour la création, la production et la diffusion au titre de la diversité et de la création : - des financements pour la création adaptés à cette discipline en tenant compte de ses spécificités (la construction, l’écriture et les répétitions), - des équipements adaptés et soutenus, indispensables au développement des arts de la marionnette, pour répondre à cette richesse créatrice et singulière, - des outils de production, de diffusion et de transmission de ce secteur (scènes conventionnées, lieux de compagnonnage, théâtres spécialisés, festivals…), pérennisés et enrichis par la création de lieux labellisés spécifiques adossés ou non à des structures déjà existantes, - la poursuite et le renforcement d’une politique de nomination d’artistes issus des arts de la marionnette à la direction de CDN, ainsi que le recrutement de directeurs sensibles à ceux-ci à la direction des théâtres et des scènes nationales, - Le renforcement au sein des comités d’experts de la présence de professionnels ayant une expertise dans le domaine des arts de la marionnette.

Pour la formation initiale et continue au titre de l’emploi et de la formation : - La création d’un Diplôme National Supérieur Professionnel d’acteur-marionnettiste (annexe au DNSP de comédien) reconnaissant ainsi la spécificité des arts de la marionnette, - L’inscription de ce métier au registre national et la structuration de l’entrée dans le monde professionnel des jeunes diplômés par un dispositif équivalent au Jeune Théâtre National (JTN), - L’inscription des lieux compagnonnage dans les politiques régionales de formation continue, - L’inscription des arts de la marionnette dans les enseignements d’arts dramatiques au conservatoire.

Pour l’aménagement du territoire au titre de l’équité territoriale : - L’augmentation du nombre de lieux compagnonnage, de lieux de fabrique et d’expérimentation, et de scènes conventionnées marionnette de façon à irriguer l’ensemble du territoire.

Ces évolutions permettront d’engager la mise en place de véritables pôles nationaux de la marionnette pour conforter le paysage marionnettique en France. Ces pôles pourront se créer et se développer à géométrie variable prenant en compte les spécificités propres à chaque territoire. Ils seront attentifs à toutes actions de création, de production, de diffusion, mais aussi aux actions en faveur des publics (action culturelle, éducation artistique, etc.).

L’ensemble de ces mesures permettra de structurer durablement un secteur en pleine expansion artistique, reconnu par l’ensemble des acteurs de la scène française. La réalisation et la mise en oeuvre de celles-ci offriront à ce secteur artistique un formidable élan qui impactera positivement la création artistique et offrira à toute une génération de créateurs une belle opportunité de poursuivre leur travail dans de meilleures conditions économiques et sociales. Elles contribueront ainsi fortement à la consolidation et au développement de l’emploi artistique et culturel.

 

Pour THEMAA
Le Président, Pierre Blaise
Pour Latitude Marionnette
Le Président, Frédéric Maurin